Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 13:38
France Quatromme conteuse change de site
France Quatromme conteuse change de site

Pour me suivre désormais c'est par ici :

http://www.francequatrommeconteuse.fr

Spectacles, ateliers, contes, ateliers d'écriture, formations, calendrier...

Me contacter

France Quatromme conteuse

06 12 27 47 85

latricoteuseconteuse(arobas)gmail.com

Merci pour votre intérêt et pour votre fidélité !

France

Published by La tricoteuse
commenter cet article
30 novembre 2005 3 30 /11 /novembre /2005 19:51

J'ai déménagé, pour me suivre désormais, c'est ici :

http://francequatrommeconteuse.fr

 

      

       Si l'on en croît des derniers travaux des psycholinguistes, le foetus déjà serait sensible à la voix de sa mère qu'il différencierait de celle d'un étranger. Dés sa naissance, le bébé reconnaîtrait l'intonation, l'accent tonique, la scansion, alternance entre voyelles longues et voyelles brèves, le rythme particuliers de la voix de sa mère.

 

      Aux premiers babils du bébé, la maman répond par des jeux sonores, mi-chantés, mi-parlés. Les mots maternels sont là pour rassurer, encourager, nommer les peurs de l'enfant et lui permettre ainsi d'entrer dans le monde.
      Les mimiques du visage et la gestuelle viennent appuyer la communication. Le corps de la mère, sa main et celle de l'enfant constituent dés lors la première scène des jeux verbaux.

   Comme un lien entre le monde, la mère et l'enfant, nous viennent des temps anciens les berceuses, les enfantines, les comptines et jeux verbaux transmis de générations en générations.

    
    Pourquoi raconter des contes aux tout-petits?

- parce qu'ils sont sensibles à la musique des mots,

- parce qu'ils sont sensibles à la présence du conteur, de l'artiste,
- pour semer des graines de peut-être,
- et puis aussi et puis surtout pour le plaisir des mots et des histoires!

Partager votre expérience en laissant un commentaire en bas de page.
 
J'ai déménagé, pour me suivre désormais, c'est par ici :
    
Published by france quatromme - dans En vrac
commenter cet article
25 novembre 2005 5 25 /11 /novembre /2005 17:53

J'ai déménagé, pour me suivre désormais, c'est par ici :

http:francequatrommeconteuse.fr

 

 

- Contes pour les tout-petits

- Jeux verbaux

- Ouvrages théoriques

 

 

Contes pour les tout-petits

 

 

Albums

 

Lors d'un travail sur un conte, il est intéressant de comparer différentes versions de la même histoire, d'observer la fantaisie de chaque auteur afin de construire sa propre histoire. C'est pourquoi plusieurs versions du même conte sont proposées.

 

- Roule galette, N. Caputo, Albums du Père Castor. 

- Le bonhomme de pain d'épices, Madeleine Gilard, ill. par Kack Kent, ed. du Sorbier.

- Le petit bonhomme de pain d'épices ici en ligne.

 

- Quel radis! dis donc, Praline Gay-Para et Andrée Ringent, Didier jeunesse, coll. A petits petons.

- Le gros navet, traduit par Isabelle Balibar, ill. par Lucile Gautier-Languereau.

- Le gros navet  ici en ligne

- L'énorme rutabagas, dans Contes des quatre vents de N. Caputo.

 

- Comment sont nées les étoiles de mer, France Quatromme, Estelle Nectoux, Lire-c'est-partir.

 

- Roulé le loup!, Praline Gay-Para et Hélène Micou, Didier jeunesse, coll. A petits petons.

- La ballade de la petite grand-mère, dans la Petite fille Nounou, Enfance et Musique, Praline Gay-Para.

 

- Poucet le poussin, Sally Hobson, Vivian French, Pastel.

- Le ciel me tombe sur la tête, Hélène Loup, Conter pour les petits, la trame, ed. Edisud, l'espace du conte.

 

- Le loup et la mésange, Muriel Bloch, Didier Jeunesse, coll. A petits petons et ici sur le net.

 

- La maison que Pierre a bâtie, Petites histoires à raconter de S. Cone Bryant.

 

- Fillette et gros alligator, Muriel Bloch, André Pringent, Didier Jeunesse.

 

- Papoum Padère, ici sur le net et dans Papoum Padère, un cd Enfance et Musique, Hélène Bohy.


- Le bâteau de Monsieur Zouglouglou, Coline Promeyrat et Stefany Devaux, Didier jeunesse, coll. A petits petons.

- La promenade de M. Gumpy, John Burningham, Père Castor Flammarion.

 

- Les deux maisons, Didier Kowarsky, S. Ribeyron, Didier Jeunesse, coll. A petits petons.

- Grand-mère Sucre et Grand-père Chocolat, Gigi Bigot, Josse Goffin, Bayard.

 

- Boucle d'or et les trois ours, Valéri Gorbachev, traduit de l'américain, Nord-Sud.

- Boucle d'or et les trois ours, Jan Brett, Deux coqs d'or.

- Les trois ours, L. Leslie Booke, Circonflexe.

- Boucle d'or et les trois ours en ligne ici.

 

- Le beau ver dodu, Nancy Van Laan et Marisabina Russo, traduit de l'anglais, Ecole des Loisirs.

 

- La grenouille qui avait une grande bouche, Elodie Nouhen et Francine Vidal, Didier Jeunesse.

- La grenouille qui avait une grande bouche, Keith Faulkner, ill. par Jonathan Lambert Casterman.

 

- Bon appétit Monsieur Lapin, Claude Boujon, l'école des Loisirs, coll. Lutin Poche.

 

- La chasse à l'ours, Michael Rosen et Helen Oxenbury, Kaleïdoscope.

 

- La petite poule rousse, Byron Barton, l'école des Loisirs.

- Petite Poule Rousse et Renard Rusé, Vivian French, ill. par Sally Hobson, Pastel.

- La Petite Poule Rousse, Comment raconter des histoires à vos enfants?, S. Cone Bryan.

- En ligne ici.

 

- La toute petite dame, Byron Barton, L'école des Loisirs.

 

- Le tout-petit garçon et la mouche, Praline Gay-Para, Claudie Guyennon Duchêne, Ed. Grandir.

- La toute petite bonne femme, Jean-Louis Craver, Delphine Grenier, Didier jeunesse, coll. A petits petons.

- Ici La toute petite bonne femme en ligne.

 

- Gourmand trop gourmand !, Praline Gay-Para, Didier jeunesse, coll. A petits petons.

- Le poussin et le chat, Contes de Birmanie, Maung Htin Aung, Gründ.

 

- Les deux oursons, Jean-Louis Craver, Martine Bourre, Didier jeunesse, coll. A petits petons.

- Les deux oursons, 40 petits contes, R. et M. Rettich, Centurion Jeunesse.

 

- Le petit cochon têtu, Jean-Louis Craver, Martine Bourre, Didier jeunnesse, coll. A petits petons.

- Les trois petits pourceaux, Coline Promeyrat, Joëlle Jolivet, Didier jeunesse, coll. A petits petons.

 

- La mouche qui volait sans regarder, Hélène Loup, Conter pour les petits, la trame, Ed. Edisud, l'espace du conte. En ligne sur son blog.

 

- Picoti, Picota, Maïté Laboudigue, Kaleidoscope.

 

- Petite fille et le loup, Agnes Grunelius-Hollard, Chris Rashka, Didier jeunesse.

 

- Le plus bel oeuf du monde, Helme Heine, Gallimard.

 

- Je vais te manger, Caroline Jayne Church, Milan.

 

- Les Bons amis, Paul François, ill. par Gerda, Père Castot Flammarion.

- Les Quatre amis, Fang Yi-K'iun, adapté et ill. par Francesc Salva, Epigones.

 

- Cinq petits canards, Pamela Paparona, Nord-Sud.

 

- Pourquoi les animaux ont une queue, Petites histoires à raconter, N. Caputo, Nathan.

 

- Le gros chat et la p'tite Poulette, Gigi Bigot, Nadine Rouvière, Bayard.

 

- Les trois boucs, Rémi Saillard, Jean-Louis Le Craver, Didier Jeunesse.

- Les trois boucs bourrus en ligne par ici.

 

- Les Trois petits cochons, Leslie brooke, Circonflexe.

- Les Trois petits cochons, Eriko Kishida, ill. par Eigoro Futamata, L'école des Loisirs, coll. Lutin poche.

 

- Petit-Pou et Petite Puce, 40 petits contes, R. et M. Rettich, Centution jeunesse.

- Le pou et la puce, La petite fille nounou et autres contes, Praline Gay-Para, Enfance et Musique.

- Le pou et la puce de Grimm sur le net par ici.

 

- Le perroquet et le chat, ici sur le net.

- Le chat ventru, Céline Murcier, Michèle Simonsen, Didier Jeunesse.

 

- On y va papa !, Praline Gay-Para, Praline Gay-Para, Didier Jeunesse.

 

- Et vogue la petite souris, Coline Promerat, Martine Bourre, Didier Jeunesse.

 

 

Recueils

 

- Petites histoires à raconter, N. Caputo, Nathan.

- 40 petits contes, R. et M. Rettich, Centurion jeunesse.

- Comment raconter des histoires à vos enfants?, Sara Cone Bryant.

 

Disques

 

- La petite fille nounou et autres contes, Praline Gay-Para, Enfance et Musique.

- Cocodi Cocoda, Béatrice Maillet, Philippe Picot, Enfance et Musique.

- Croqu'en bouille, histoires à croquer pour les petites bouilles, Gigi Bigot, L'autre Label.

 

 

 

Jeux verbaux

 

Albums

 

La collection de comptines Pirouette chez Didier jeunesse a édité de nombreuses et délicieuses comptines. 

 

Recueils

 

- Enfantines: jouer, parler avec le bébé, Marie-Claire Bruley, Lya Tourn, Editions Ecole des Loisirs.

- Une cantine de comptines, P. Lartigue, Editions Les Belles Lettres.

- Les plus belles comptines des petits lascars, Michelle Garabédian, Magdeleine Lerasle, Françoise Pétreault, Didier jeunesse, 2002.

 

 

 

Ouvrages théoriques

 

- Grammaire de l'imagination (introduction à l'art d'inventer des histoires), Gianni Rodari, Ed. Rue du monde, France, 1997.

- L'éveil par le conte, Jean-Claude Renoux, Edisud, coll. l'espace du conte.

- 1, 2, 3... comptines!, Patrick Ben Soussan, Anne H. Bustarret, Marie-Hélène Cazalet, Mimi Contesse, Michèle Moreau, Eres, coll. Mille et un bébés.

- Psychanalyse des contes de fées, Bruno Bettelheim, Pocket.

- Conter pour les petits, la trame, Hélène Loup, Edisud, coll. L'espace du conte.

- Le conte et l'apprentisage de la langue, Anne Popet, Joséphia Herman-Bredel, Ed. Retz.

 

 

Published by france quatromme - dans En vrac
commenter cet article
24 novembre 2005 4 24 /11 /novembre /2005 23:00

J'ai déménagé, pour suivre désormais mes activités de conteuse, c'est par ici :

 

http://francequatrommeconteuse.fr

 

 

 

 * Jeux verbaux

 

    Les jeux verbaux abordent souvent des thèmes fondamentaux. Ils rejouent encore en encore des thèmes chers aux enfants, la séparation, la douleur, l'amour, la haine, la gourmandise...

 

    Cette classification bien qu’aléatoire, chaque jeu verbal pouvant se rapporter à plusieurs catégories, permet d’y voir un peu plus clair dans la diversité des jeux littéraires. Pour ce faire j'ai utilisé les ouvrages indiqués en bibliographie.

 

   - Les enfantines :

 

    Les enfantines sont des historiettes qui lient la parole et le corps tels que les jeux de chatouillis, de caresses, de balancements, de sauts et de chute...

  Ces jeux aident l'enfant à se représenter son corps à en percevoir les limites et à se différencier de l'adulte

 

    Les enfantines nous dit Claire Bruley rappellent par leur rythme (bercement) et leur symbolique (l'eau) les premieres expériences auditives; le liquide amniotique, le battement du coeur, le rythme de la marche, le rythme respiratoire.

     Le jeu est aussi le lieu possible de l'affrontement avec l'adulte et permet de rejouer sans fin la séparation (disparition-apparition).

 

Ex. Bateau sur l'eau

Ex. Je fais le tour de ma maison

Ex. C'est la petite bête qui monte qui monte

 

 

   - Les comptines :

 

    Les comptines sont du registre des images et de la poésie. Elles énumérent le monde à la manière d'un imagier. Le rythme saccadé rassure l'enfant et ouvre la voix au comptage.

 

Ex. Am-stram-gram

 

 

       - Les chansons :

 

    Les chansons allient la parole et la musique. Elle apporte aussi par le jeu des répétitions (refrain, couplets) une réassurance à l'enfant.

 

 

       - Les jeux de doigts :

 

   Les jeux de doigts allient le signe et les mots ; doigts et main représentant symboliquement la famille et le monde. Le rôle et l'identité de chaque membre de la famille y est figurée une place particulière étant attribuée au tout petit. Avec les jeux de doigts naissent les premiers récits (situation initiale problèmatique - chute)

 

 

Ex. Celui-ci est allé au marché, il a acheté du poulet

Celui-là l'a plumé, celui-là l'a fait cuire, celui-là l'a découpé,

Et le petit rikiki qui n'avait rien fait du tout, c'est lui qui a tout mangé

 

Ex. Monsieur Pouce et Madame Pouce ont peur du loup.

Mais le loup n'est pas là!

Monsieur Pouce et Madame Pouce ont peur du loup.

Voilà le loup,

cachez-vous!

 

 

 

* Randonnées

 

Une randonnée est un conte énumératif court avec un enchaînement de situations, de personnages ou d'éléments qui se répètent jusqu'au dénouement.

 

    - L'énumération :

 

   C'est le principe de la liste. S'ajoute à chaque épisode dans ce type de conte un élément différent (personnage, vêtement, partie du corps...)

Ex. Promenons-nous dans les bois

 

 

    - L'accumulation :

 

   Dans ce conte, c'est le principe de la liste qui prime aussi avec l'ajout d'un nouvel élément mais avec une récapitulation de l'ensemble.

Ex. La moufle,

le gros navet

 

 

    - L'emboîtement :

 

   C'est le système des poupées russes. Chaque élément du conte en contient un autre (une chaîne alimentaire)

Ex. La mouche qui volait sans regarder

 

 

 

 

    - Le bout à bout :

 

   Chaque épisode du conte renvoie le personnage d'un interlocuteur à l'autre.

Ex. Les trois boucs.

 

 

    - La comparaison :

 

   Ce conte insiste sur la force. A la fin, retour à la situation initiale.

Ex. La plus mignonne des petites souris

Les Bons amis

 

 

    - Les enchaînements circonstanciels :

 

   Le lien dans ce conte s'effectue par recours à l'opposition, la cause et la conséquence.

Ex. La puce et le pou

 

 

    - L'élimination :

 

   Un groupe perd ses membres un à un.

 

Accueil
Les contes : bibliographie
Ma démarche de conteuse

 

Published by france quatromme - dans En vrac
commenter cet article
22 novembre 2005 2 22 /11 /novembre /2005 21:24

J'ai déménagé, pour me suivre désormais, c'est par ici :

http://francequatrommeconteuse.fr

 

 

L'analyse de la structure du conte en un shéma simplificateur et réducteur ne rend pas compte de la richesse de la symbolique et des images du conte. La trame peut néammoins constituer un soutien important pour mémoriser et créer des contes. Je m'appuie pour cet article sur les ouvrages de A. J. Greimas (1) et de Vladimir Propp (2). Je distinguerai trois étapes : la situation initiale, les épreuves et le dénouement.

- La situation initiale

La situation initiale se distingue par deux temps clés, la séparation et la propulsion dans l'action. Elle est aussi marqué par l'idée de "quête".

En effet, de nombreux contes merveilleux s'ouvrent sur l'éloignement du héros ou la mort d'un parent et en particulier de la mère comme dans "Vassilissa-la-belle", un conte traditionnel populaire russe recueilli par Alexandre Afanassiev (3). Dans d'autres contes, c'est l'enfant qui s'éloigne de lui-même pretextant une promenade ou signifiant son besoin d'autonomie.

L'accomplissement d'un méfait contre un membre de la famille peut déclencher l'intrigue et provoquer le départ du héros.
Dans "La reine des neiges" (2) de Hans Christian Andersen, le récit s'ouvre sur la description de la plénitude dans laquelle vivent les deux héros Kay et Gerda. Ce bonheur est rapidement troublé par le méfait d'un troll qui brise un miroir et laisse échapper un éclat dans l'oeil de Kay. Ce dernier est frappé par l'oubli avant d'être enlevé par la reine des neiges. C'est l'atteinte au bonheur imposé à Gerda qui va la propulser dans l'action et la transformer en héroïne en quête.


- Les épreuves ou le voyage parsemé d'épreuves

C'est le déplacement du héros qui est important et non le voyage en lui-même. Nous n'avons que rarement de détails sur le trajet parcouru. Le héros traverse parfois l'espace d'un bon, à vol d'oiseau ce qui rend le lieu vers lequel il se dirrige d'autant plus inquiétant.
Dans la reine des neiges d'Andersen, Kay est transporté dans un pays lointain par la reine des neiges. On ne peut donc, comme le héros, évaluer la distance parcourue ni situer le lieu. Le héros peut aussi tomber sur ce lieu par hasard ou être guidé par un être magique pour s'y rendre. Ce peut être une sorcière ou un animal qui peut jouer ce rôle de passeur entre les deux mondes.
Dans les contes traditionnels russes recueillis par Alexandre Afanassiev, l'autre monde se situe souvent dans une forêt. Elle est le lieu des forces incontrôlées de la nature, le domaine de la sorcière dans lequel le héros ne peut plus appliquer son expérience quotidienne.

La sorcière impose au héros des tâches difficiles. Dans les contes traditionnels russes, si elles ressemblent à première vue à des tâches domestiques, elles peuvent posséder une valeur symbolique plus profonde.
Pour les accomplir, l'héroine bénéficiera parfois de du soutien précieux d'un auxiliaire magique (poupée, souris...). En échange de quelques soins ou d'un peu de nourriture, il lui fournira un ou des objets magiques. Dans Vassilissa-la-belle, une poupée sert en premier lieu à l'héroine de guide. Une souris lui fournit dans un deuxième temps un mouchoir et un peigne, deux objets magiques qui permettront à Vassilissa de distancer la Baba-yaga. Dans La reine des neiges de H.C. Andersen, c'est Gerda qui va partir en quête de son ami perdu et traverser une série d'épreuves.

Le combat ou la poursuite lorsqu'il ou elle a lieu se situe à l'apogée de l'intrigue.


- Le dénouement

Il est marqué par la victoire du héros masculin ou féminin et par un retour au lieu initial (maison...)

Le méfait initial est réparé, le manque comblé, l'ordre rétabli. Le héros est reconnu comme un être à part entière. Ceci est marqué par une nouvelle apparence. Le nouveau statut est le plus souvent représenté par le mariage du héros ou de l'héroïne ainsi que par l'attribution d'un nouveau nom.

Pour Vladimir Propp, l'axe du conte se situe autour du passage dans l'autre monde. Il en dégage une forme d'initiation pour le héros. La réalisation de tâches impossible à réaliser pour le commun des mortels permet au héros de se dépasser.



Références bibliographiques :

(1) A.J. Greimas, Sémantique Structurale, Paris, Presse Universitaire de France.
(2) Vladimir Propp, Les racines historiques du conte merveilleux, traduit du russe par Lise Gruel-Apert, NRF, Ed. Gallimard. Cet ouvrage est le résultat d'une étude sur une série de conte traditionnel russe. Il détermine 31 unités narratives qu'il appelle fonctions dont l'éloignement, la transgression, la médiation, la délivrance, la punition... Il en dégage aussi 7 personnages types : L'agresseur, le donateur, l'auxiliaire, la princesse et son père, le mandataire, le héros ou l'héroine, le faux-héros.
(2) Vladimir Propp, Morphologie du conte, traduit par Marguerite Derrida, Tzvetan Todorov et Claude Khan, Points, Seuil.
(3) Vassilissa-la-belle, Contes de Russie, illus. Ivan Yakovlévitch Bilibine, traduits par Cécile Térouanne, Actes Sud Junior.
  Nicole Belmont, Poétique du conte : essai sur le conte de tradition orale, Gallimard.
Lily Boulay, magie du conte : ses rythmes, sa dynamique, Armand Colin.

Published by france quatromme - dans En vrac